Oaxaca

02-15 Mars

« Le bonheur du voyage, c'est de faire tout pour la première fois.» Bernard Giraudeau

La côte Pacifique du Oaxaca est le fief des tortues marines, Golfino et plus rarement visible Luth...on a pas eu la chance d'assister à une Aribada (naissance en masse des tortues pendant une période de l'année).

Par contre on a participer à un programme de préservation des tortues Golfino, en les relachant à la tombée de la nuit (émouvant pour les enfants et les parents !!!) 

Sur une autre plage, on a constaté qu'il y avait beaucoup de chiens creusant des trous dans le sable...et là surprise on découvre des oeufs de tortues !!!

Ont tente de faire fuir les assayants...mais peine perdu...pauvre tortues..tant de prédateur !!!

Un peu d'histoire.

Les cultures préhispaniques des Vallées centrales d’Oaxaca (Vallées centrales) ont atteint des sommets rivalisant avec ceux du centre du Mexique. La ville perchée de Monte Albán est devenue le centre de la culture zapotèque, conquérant une grande partie d'Oaxaca et culminant entre 300 et 700 après J.-C. . Les Mixtèques et les Zapotèques ont été conquis par les Aztèques au XVe et au début du XVIe siècle. Les Espagnols ont dû envoyer au moins quatre expéditions avant de se sentir suffisamment en sécurité pour fonder la ville d'Oaxaca en 1529. La population indigène a rapidement subi une baisse désastreuse du nombre: la population de la Mixteca à l'ouest serait tombée de 700, 000 lorsque les Espagnols sont arrivés à environ 25 000 en 1700. Les rébellions indigènes infructueuses se sont poursuivies au XXe siècle. Benito Juárez, le grand chef réformateur du Mexique du XIXe siècle, était un zapotèque des montagnes d'Oaxaca. Il a servi deux mandats comme gouverneur de l'État d'Oaxaca puis comme président du Mexique de 1861 jusqu'à sa mort en 1872. 

Accueil, rencontres…

Très belle rencontre avec Alexander, dans un camping tenu par "René".

Alex est un architecte allemand qui vit au Pérou actuellement.  Passionné de mécanique, il retape un vieux combi VW  pour voyager à travers le Mexique.

On passe quelque nuits a refaire le monde, on a le même constat sur le Coronavirus et on échange sur un sujet qui me tient a coeur sur le moment...les Géants !!!

Il revient en Europe cette été pour voir sa fille en Allemagne, et fera un passage chez nous, pari tenu.  

Vie de nomade...

Les plages sont magnifiques et beaucoup sont désertés, avec Cocotiers et sable fin ...

le seul hic, la chaleur !!!

On apprend malheureusement que nos locataires partent prochainement car le Cern écrème son effectif à cause du Coronavirus...

Idem pour les frontières d'Amérique Centrale qui commence à fermer. Cela impliquera une flexibilité de l'itinéraire pour la suite.

En effet on pensait finir par le Panama ou revenir vers l'Est des USA. Aujourd'hui on s'estime heureux d'être au Mexique, car c'est l'un des seul pays ou il n'y a pas pour l'instant de restriction de circulation.

Sur ce point là, on est en phase avec cette décision...et on reviendra sur le sujet Coronavirus dans le chapitre Chiapas.