Colombie Britannique

25Aout-06 Sept

Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve

Antoine de Saint Exupèry

Un peu d'histoire...

Les intéractions entre les Autochtones, les explorateurs et commerçants européens ne débutent qu'au 18ème siècle.

Des épidémies ravageuses de variole, une maladie portée par les Européens, tuent des milliers d’Autochtones dans les années 1800, tandis que d’autres maladies déciment dangereusement la population tout au long du 19ème siècle et au début du 20ème siècle. Une importante épidémie de variole pourrait avoir causée la mort de près de 20 000 personnes en 1862, époque à laquelle, lorsqu’une infection se déclare dans des camps autochtones près de Victoria, les autorités forcent les malades à regagner leurs communautés, propageant ainsi la maladie.

Les Premières Nations de la Colombie-Britannique sont en bonne voie de faire valoir leur statut autochtone pour le droit à leurs terres ancestrales ainsi que d’atteindre l’autonomie gouvernementale.

Accueil...

Comme souvent, on visite quelques garages !!! Cette fois, c'est au tour des pneus.

Pas de chance pour nous, le pneu arrière a une crevaison lente, le pneu de secours qui n'est pas Tubeless s'avère crevé également !

Heureusement, le compresseur nous dépanne le temps des réparations au garage Land Rover de Vancouver.

Des gens super compétents et honnêtes avec ça, on en profite pour une révision générale et pas mal de pièces à changer.

Le diagnostic des crevaisons est étonnant, la soudure de la jante n'a pas tenue... décidemment ces soudures !!!

Nous faisons la connaissance au garage de Canadiens d'origine Australienne et Néo-Zélandaise avec 2 jeunes enfants. Très intéressés par notre équipement et notre projet de voyage, ils nous invitent à dîner chez eux le soir même !

Le feeling passe bien, ce sont également des voyageurs qui utilisent une remorque off-road de marque Australienne Patriot.

On adore Vancouver, entre l'océan, les montagnes et forêts ... Le climat n'est pas trop froid l'hiver, contrairement à l'est canadien. Les gens sont  sympas et cools ...

Vie de nomade...

Le temps passe trop vite... après 10 jours de voyage avec le Frérot, Cécile et les cocos Djanis et Kélian, un dernier resto indien à Vancouver clos ce moment que l'on n'oubliera pas.

On est triste de se quitter ; les cousins aimeraient rester un peu plus. longtemps ...

Cette partie du Canada est très agréable, tempéré l'hiver et l'été avec l'océan. La montagne n'est pas loin (Whistler est à 2h de route) et l'île de Vancouver avec Telegraph Cove est superbe (1h30 en ferry).

La faune n'est pas en reste avec des ours noirs et baleines à bosses, un coin de paradis ... 

L'Ours noir vu par Anaïs un bon matin vers 9h a été surprenant, nous campions près de Whistler, lorsqu'il est apparu tournant autour des voitures et mangeant des restes près d'un 

récent feu de camp. Il nous a senti et est reparti aussitôt... le plus drôle c'est que 2 personnes dormaient dans leur van bleu et qu'ils n'ont rien vu ni entendu ...

L'autre ours noir fut aperçu près d'un torrent lorsque l'on roulait, courte rencontre...

Une multitude de Daims sont présents à Vancouver et sur l'île, Chouette rayé et castors font partis des rencontres également. 

L'île de Vancouver est un paradis pour voir les cétacés, l'excursion en bateau à Telegraph Cove fut prolifique, plus d'une quinzaine de baleines à bosses faisant le show et des lions de mers de Steller se dorant la pillule ou pêchant... quelques phoques communs, mais aucun orque à l'horizon...

Les naturalistes nous expliquent que l'on peut apercevoir (si on est chanceux), des Grizzlis traversant à la nage certaines îles, effrayant si on est en Canoë ...